Arbrealettres

Poésie

Archive for 21 janvier 2018

Quand ta faim ne trouve pas à s’apaiser (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



quand ta faim
ne trouve pas
à s’apaiser
le seul recours
qu’il te reste
c’est de te
nourrir de sa brûlure

***

laisse la faim t’évider
et les eaux du fleuve
viendront glisser
entre tes rives

(Charles Juliet)


Illustration

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | 7 Comments »

Parfois (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



 

parfois
quand on est las
de marcher

quand les champs de pierres
succèdent
aux champs de pierres

qu’il n’est plus de bornes
ni de critères
et que la ténèbre s’accentue

parfois
quand tout vacille
et se brouille
que l’on devient cet autre
que l’on ne peut rejoindre

qu’il faut poursuivre
encore
alors que s’est éteint
l’espoir de s’agenouiller
un jour près de la source

parfois
au fond de la douleur
et de la nuit

on aimerait tant
que s’achève le voyage

(Charles Juliet)

Découvert ici: https://schabrieres.wordpress.com/

Illustration: Laurent Gorris

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Efface-toi (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



efface-toi

détruis
jusqu’au
désir
du sans-
désir

sois
ce rien
que tu as
si souvent
invité

et laisse
le souffle
te rythmer

déployer
son chant

(Charles Juliet)


Illustration

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Sache que tout ce qui survient alimentera le brasier (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



Dans ce qui t’arrive,
impossible de discerner à l’avance
ce qui s’avèrera être un bien
ou ce qui t’apparaîtra comme un mal.
Sache que tout ce qui survient
alimentera le brasier.

(Charles Juliet)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Si tu n’es pas présent (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



Si tu n’es pas présent à l’instant que tu vis
que peut-il te donner?

(Charles Juliet)


Illustration: Marie-Thérèse TSALAPATANIS

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | 4 Comments »

Pour quitter la surface (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



pour quitter
la surface
tu dois couler

(Charles Juliet)


Illustration: Alexandre Cabanel

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Survient le doute (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018




survient le doute
il te travaille
prépare ta terre
pour de nouvelles semailles

(Charles Juliet)

Illustration: Misha Gordin

 

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | 2 Comments »

Que puis-je être d’autre (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



que puis-je
être d’autre
que l’obsession
du centre

(Charles Juliet)


Illustration: Rembrandt

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Etrange faim (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



étrange faim
qui pour s’assouvir
ne tolère que
ce qui pourra
l’aiguiser

(Charles Juliet)


Illustration: Jean-Auguste-Dominique Ingres

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Tu ne sais que marcher (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018




Tu ne sais que marcher La nuit et la peur te harcèlent
Et aussi la soif Mais à chaque pas la hantise de faire
fausse route D’accroître encore la distance Tu cherches
le lieu Le lieu et le nom Le nom qui saurait tout dire
de ce en quoi consiste l’aventure

Tu ne sais où tu vas ni ce que tu es ni même ce que tu désires
mais tu ne peux t’arrêter Et tu progresses A moins
que tu ne t’éloignes Sans fin tu erres te traînes rampes
tournes en rond Et tu renonces Et tu repars jusqu’à
n’être plus qu’épuisement

Survient l’instant où tu dois faire halte Faire ton deuil
du lieu et du nom Et à l’invitation de la voix définiti-
vement tu renonces t’avoues vaincu Alors tu découvres
que tu auras chance de trouver ce que tu cherches si préci-
sément tu ne t’obstines pas à le chercher

lu repars Des forces nouvelles te sont venues Ton
œil qui s’écarquille n’est plus dévoré par la soif Tu ne
sais où tu vas mais tu connais ce que tu es

Tu avances d’un pas tranquille désormais convaincu que
le lieu se porte à ta rencontre Le lieu où mûrir l’hymne
la strophe le nom Qù jouir enfin de ce qui s’est jusque-là
dérobé

(Charles Juliet)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :