Arbrealettres

Poésie

Archive for 21 janvier 2018

L’instant (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



l’instant où tu lâches prise
l’instant où la lumière s’éloigne
l’instant où tu suffoques
l’instant où tu te débats
l’instant où tu n’as plus la force
l’instant où tu t’abandonnes
où tu glisses dans la mort

puis longtemps après
quand tu prends conscience
que tu es né

(Charles Juliet)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Quand tu es intense (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



Quand tu es intense
le mot jaillit.

(Charles Juliet)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Les plaines austères de la faim (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



il a beaucoup à voir
et beaucoup à apprendre
celui qui sans fin
sillonne
les plaines austères
de la faim

(Charles Juliet)


Illustration: Gilbert Garcin

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Manque (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



Manque

si mes mots naissent
de mon manque
peut-être saurai-je
parler à ta faim

(Charles Juliet)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

La même vague qui retombe en grondant (Charles Juliet)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



la même vague
qui retombe
en grondant

sans fin

quand la voix
qui ne peut se taire
ne me laisse
aucun répit

(Charles Juliet)


Illustration: Clark Little

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Je mens ou je meurs si je dis mon amour (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018




    
Je mens ou je meurs si je dis mon amour.

Nul ne voudrait prendre au mot le souffle de l’aveu,
Tu le sais toi guetteur toi qui suis de l’orage
Secret pas à pas l’avancée où je me tiens masqué.
Ces pleurs dans l’ombre de qui furent-ils les maîtres?
Ces rires dans l’air de qui sont-ils les ombres?
Tu ne réponds pas silence et je reste sous l’interdit
Tu ne sais rien ou bien ne suis-je plus?
L’orage ne gronde ni ne s’éloigne. Cloué à la nuit
Je veux en vain lui tendre une trop douce proie.

(Georges-Emmanuel Clancier)

 

Recueil: Le Poème Hanté
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Est-ce elle au loin qui me lie à elle (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018




    
Est-ce elle au loin
Qui me lie à elle,
Rit, vire, vole, me fascine,
Par tendresse tend son col?
Franchise d’ombre soumise au
Maître, ses beaux bras ployés
Sinuent tels deux cygnes épris.

(Georges-Emmanuel Clancier)

 

Recueil: Le Poème Hanté
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans l’été de jadis (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



Illustration
    
Dans l’été de jadis le loriot s’est tu.
Oh! chante oiseau d’enfance, chante si tu es
Encore vivant au nid de la mémoire trop
Sombre… La vie comme une femme serait tendre
Comme une soeur, une mère, une amante, et
Quelle lumière au long des jours aurait lui.
Mais sur l’oiseau de nos étés enfuis trop
D’hivers sont passés d’un silence amer et dur.

(Georges-Emmanuel Clancier)

 

Recueil: Le Poème Hanté
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Toute la traversée (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018




    
Toute la traversée nous laissera mémoire
D’une chose sans beauté : la commode
Vieille qui a de la gaucherie,
Souvenir dédaigné et pris par mégarde
Par sommeil d’âme, dans la torpeur.
Du passé entier rejaillira la couleur.

(Georges-Emmanuel Clancier)

 

Recueil: Le Poème Hanté
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’orageuse gloire de ta pensée (Georges-Emmanuel Clancier)

Posted by arbrealettres sur 21 janvier 2018



Illustration: Fernand Le Quesne

    

L’orageuse gloire de ta pensée
Redeviendra gaieté pour les autres.
Elle dissipa des ombres vaines
Afin que mille néréides revinssent
Jaillir sous la parole nues.

(Georges-Emmanuel Clancier)

 

Recueil: Le Poème Hanté
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :