Arbrealettres

Poésie

On se dit quelque fois ça tient à presque rien (Pascal Commère)

Posted by arbrealettres sur 22 janvier 2018




    
On se dit quelque fois ça tient à presque rien
Une tache de jaune, déjà la fatigue
Peu de temps, vous dire le ciel est grand
Nos yeux ne suivent rien pas même les rivières
Léger le monde parfois tient dans une brouette
Abandonnée sur un jardin, caisse vide
Presque la nuit déjà, les cordes à sauter
S’allongent

(Pascal Commère)

 

Recueil: Des laines qui éclairent
Traduction:
Editions: Obsidiane & Le temps qu’il fait

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :