Arbrealettres

Poésie

A l’infime bout d’une brindille (Edward Estlin Cummings)

Posted by arbrealettres sur 31 janvier 2018




    

à l’infime bout
d’une brindille trois
âmes en
boule au froid

trois(blottis dans
cet immense clin
d’oeil ar
dent de la

lune)rêvent d’inchoses
sans bruit trois comme
ta vie
notre et ma

(Edward Estlin Cummings)

 

Recueil: 95 poèmes
Traduction: Jacques Demarcq
Editions: Points

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :