Arbrealettres

Poésie

Cruellement,amour (Edward Estlin Cummings)

Posted by arbrealettres sur 3 février 2018




    
cruellement,amour
marche le long de l’automne
la dernière fleur dans ses cheveux,
tes lèvres sont toutes froides de chansons

qui doit en
premier se flétrir,passer?
la frivolité du grand soleil
tombe et,cruellement,
dans l’herbe
Arrive la
lune

amour,marche en
automne
amour,car l’ultime
fleur dans les cheveux se fane;
tes cheveux sont tout froids
de rêves,
amour tu es frêle

—marche tout du long de l’automne
souris poudreusement aux gens,
pour l’hiver
qui veille tortueusement.

(Edward Estlin Cummings)

 

Recueil: XLI Poèmes
Traduction: Thierry Gillyboeuf
Editions: La Nerthe

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :