Arbrealettres

Poésie

Archive for 10 février 2018

Viens dormir avec moi (Julio Cortázar)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2018




    
Viens dormir avec moi:
Nous ne ferons pas l’amour; il nous le fera.

(Julio Cortázar)

 

Recueil: Crépuscule d’automne
Traduction: Silvia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Tristesse des quartiers qui ont changé (Homero Manzi)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2018




    
Tristesse des quartiers qui ont changé
et amertume du rêve qui est mort

(Homero Manzi)

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Peut-être la fièvre … (Marguerite Yourcenar)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2018



Illustration: Eve Carton
    
Sans doute avait-il la fièvre.
Mais peut-être la fièvre
permet-elle de voir et d’entendre
ce qu’autrement
on ne voit et n’entend pas.

(Marguerite Yourcenar)

 

Recueil: Anna Soror
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

« Ne pas tenir en sa peau » (Bernard Chambaz)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2018



Illustration: Malel
    
Être face au vent — debout —
au bord
du monde — le petit matin le grand
soir la route à bride
abattue — c’est
le moment ou jamais
de penser aux joies actives
que je distinguerai modérément des joies
passives —
baies de genévriers avalées d’une traite —
« ne pas tenir en sa peau »
autrement dit — être en extrême joie —
le présent dilaté
à l’extrême

(Bernard Chambaz)

 

Recueil: Etc.
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il n’y a pas de vieille joie (Bernard Chambaz)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2018




    
Est-ce qu’on peut dire qu’il n’y a pas de vieille joie
mais que la joie
est toujours
neuve — fraîche simultanée
et pourquoi pas repeinte à neuf
comme les traces
de l’orage dans un grand champ
d’avoine ou un chapeau de paille emporté par le vent
même s’il est dangereux
depuis l’enfance de se pencher par la fenêtre
d’un train —

(Bernard Chambaz)

 

Recueil: Etc.
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le mystère (Bernard Chambaz)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2018



Illustration: Danielle Decollonge
    
le mystère n’est jamais tout à fait un mystère
et bien que toujours nous mourions
cela ne vit que par nous

(Bernard Chambaz)

 

Recueil: Etc.
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Notre impérieux besoin (Bernard Chambaz)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2018



Illustration: Peter Zupnik
    
notre impérieux besoin de sucre
et de miracle

(Bernard Chambaz)

 

Recueil: Etc.
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in humour, méditations, poésie | Tagué: , , , , | 2 Comments »

On marche ensemble (Fabienne Courtade)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2018



Illustration : Malované obrázky

    

on marche ensemble, rue du faubourg
Au milieu des marchands

On glisse ensemble

ses cheveux

le mouvement de son corps

et la peur
comme éblouissement

fragments de la grâce
(suite toujours

je tourne autour
rien ne s’achève

je recommence
je dis quelques mots
je parle encore

c’est moi qui fournis les éblouissements
je fais un pas de plus

le chemin est sans rêve
je garde les autres mémoires

la peau de nos corps très fine

et tout s’entend du dehors

(Fabienne Courtade)

 

Recueil: Le même geste
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les muscles (Fabienne Courtade)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2018



Illustration: Gunther von Hagens
    
les muscles

contractent aussi
une part de soi

Ou de qui ?
perdu

(Fabienne Courtade)

 

Recueil: Le même geste
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Cette joie (Fabienne Courtade)

Posted by arbrealettres sur 10 février 2018



Illustration: Noèla Morisot
    
cette joie est tout aussi brutale que claire et évidente

évidemment on ne peut rien saisir

ni retenir
c’est une peine mortelle

Qui augmente notre faim
et notre soif

(Fabienne Courtade)

 

Recueil: Le même geste
Traduction:
Editions: Flammarion

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :