Arbrealettres

Poésie

Statue (Julio Cortázar)

Posted by arbrealettres sur 12 février 2018



Illustration: Aristide Maillol
    
Statue

de Maillol

La lumière s’en échappe et joue
avec ses ombres matinales,
et glisse sans toucher et fuit
la pure lumière du torse.

Un sein, un ventre et un genou
sont des abris où l’air cherche
sa réponse claire, le passage
qui mène à soi toute statue.

(Julio Cortázar)

 

Recueil: Crépuscule d’automne
Traduction: Silvia Baron Supervielle
Editions: José Corti

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :