Arbrealettres

Poésie

De la maison démolie (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2018



 

De la maison démolie
reste toujours
le chemin du puits
la plaie de la lumière
le tremblement d’une toile d’araignée
où le moustique et l’abeille
dansent avec la mort
dans la verrerie multicolore du figuier

nous arriverons toujours
en retard
pour semer la terre de nos cendres

(Luis Mizón)

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :