Arbrealettres

Poésie

Nul ne nous contera l’histoire des corps absents (Luis Mizón)

Posted by arbrealettres sur 15 février 2018



Nul ne nous contera l’histoire
des corps absents
sinon la voix de notre corps
qui brûle
comme un ample feu de broussailles.

Frontière intime
notre vie est divination
de la voix qui dure et murmure
dans cette flamme.

***

Nadie nos contará la historia
de los cuerpos ausentes
sino la voz de nuestro propio cuerpo
que arde
como una gran fogata de maleza.

Íntima frontera
nuestra vida es adivinanza
de la voz que dura y murmura
en esta llama.

(Luis Mizón)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :