Arbrealettres

Poésie

Archive for 20 février 2018

Les rides font gaffe (Séverine Daucourt-Fridriksson)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2018




    

les rides font gaffe à pas trop
malheurer le visage la peau
sans âge se laisse
dépeupler
sans réchapper de la dernière
prise

(Séverine Daucourt-Fridriksson)

 

Recueil: A trois que le qui-vive
Traduction:
Editions: La lettre volée

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Attention (Séverine Daucourt-Fridriksson)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2018



Illustration: Salvador Dali
    
attention ça va tenir
si ça vous parvient
si ça vous retient
si je rends ce qu’est la révélation
attention faites bien
faites attention à bien faire l’absent
et l’absence vous appelera où réellement vous êtes
allez faites
inoubliez pas
vous envoyer en l’air
et qu’il ne reste rien

(Séverine Daucourt-Fridriksson)

 

Recueil: A trois que le qui-vive
Traduction:
Editions: La lettre volée

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je me fiche que ce soit lisible (Séverine Daucourt-Fridriksson)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2018




Illustration: Salvador Dali
    
je me fiche que ce soit lisible
cela va entièrement être
et du coup assez

ps ces mots
ont le sens
qu’ils sont

(Séverine Daucourt-Fridriksson)

 

Recueil: A trois que le qui-vive
Traduction:
Editions: La lettre volée

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

J’ai retrouvé la véritable poésie (Séverine Daucourt-Fridriksson)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2018



Illustration
    
j’ai retrouvé la véritable poésie
perdue par les hommes
retour à l’effacement
autre monde à souffrir
proche du souffle
retour à la terre à terre

(Séverine Daucourt-Fridriksson)

 

Recueil: A trois que le qui-vive
Traduction:
Editions: La lettre volée

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Claquée larmant croco (Séverine Daucourt-Fridriksson)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2018



Illustration: Andrée Gesuele Marino
    
claquée larmant croco
face au refus ferme
du fruit défendu

(Séverine Daucourt-Fridriksson)

 

Recueil: A trois que le qui-vive
Traduction:
Editions: La lettre volée

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

Chanter c’est pas dans la voix (Séverine Daucourt-Fridriksson)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2018




    
chanter c’est pas dans la voix
c’est dans la réponse à la lumière
qui est en soi dans la chanson

(Séverine Daucourt-Fridriksson)

 

Recueil: A trois que le qui-vive
Traduction:
Editions: La lettre volée

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Qui s’étrangle s’étrange (René Daumal)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2018



    

Qui s’étrangle s’étrange ; mais qui
se laisse étrangler n’est plus étranger.

Qui se tue se mue ; mais qui
se laisse tuer n’est plus muet.

Qui se saoule s’esseule ; mais qui
se laisse saouler n’est plus seul.

Qui se pend se vend ; mais qui
se laisse pendre n’est plus à vendre.

Qui s’ennuie se nuit ; mais qui
se laisse ennuyer sort de la nuit.

Qui se frappe s’entrappe ; mais qui
se laisse frapper sort des trappes.

Qui mange se change ; mais qui
se laisse manger est ange.

(René Daumal)

 

Recueil: Se dégager du scorpion imposé
Traduction:
Editions: Editions Eoliennes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Abjection souriante (René Daumal)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2018



Illustration: Laurent Fièvre
    
Abjection souriante

Nos petits coeurs sont trop légers,
Ils voudraient bien s’envoler, mais
Grâce à la glu nous restons attachés
Gloire éternelle à ce Dieu de bonté !

(René Daumal)

 

Recueil: Se dégager du scorpion imposé
Traduction:
Editions: Editions Eoliennes

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans la nuit un mollusque grandit (René Daumal)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2018



Illustration: Edvard Munch
    
Dans la nuit un mollusque grandit.
— mais d’où tire-t-il sa chair ? —
il grandit avec les petites boules pâles
au creux des estomacs d’enfants :
ces boules qui s’enflent dans le ventre et sous les côtes
et qu’on appelle : « peur de la mort ».
C’est la peur de la mort du monde,
ce mollusque au mufle épais,
ces yeux sans regards qui rident l’espace.

(René Daumal)

 

Recueil: Se dégager du scorpion imposé
Traduction:
Editions: Editions Eoliennes

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Laissez fuir les loups (René Daumal)

Posted by arbrealettres sur 20 février 2018




    
Laissez fuir les loups,
dans la trajectoire d’un unique hurlement,
sur la steppe de folie.

Les loups passent sur la steppe,
sans plus d’importance.

Que peuvent faire aux hommes
ces hurlements de nuits blanches
et ces galops indistincts
au-dessus de leurs têtes ?

(René Daumal)

 

Recueil: Se dégager du scorpion imposé
Traduction:
Editions: Editions Eoliennes

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :