Arbrealettres

Poésie

P’OASIS (Robert Desnos)

Posted by arbrealettres sur 22 février 2018



arborescence

Nous sommes les pensées arborescentes qui fleurissent
sur les chemins des jardins cérébraux.

– Soeur Anne, ma Sainte Anne, ne vois-tu rien venir… vers Sainte-Anne?
– Je vois les pensées odorer les mots.

– Nous sommes les mots arborescents qui fleurissent
sur les chemins des jardins cérébraux.
De nous naissent les pensées.

– Nous sommes les pensées arborescentes qui fleurissent
sur les chemins des jardins cérébraux.
Les mots sont nos esclaves.
– Nous sommes
– Nous sommes

– Nous sommes les lettres arborescentes qui fleurissent
sur les chemins des jardins cérébraux.
Nous n’avons pas d’esclaves.
– Soeur Anne, ma soeur Anne, que vois-tu venir vers Sainte-Anne?
– Je vois les Pan C
– Je vois les crânes KC
– Je vois les mains DCD
– Je vois les M
– Je vois les pensées BC et les femmes ME
et les poumons qui en ont AC de l’RLO
poumons noyés des ponts NMI.
Mais la minute précédente est déjà trop AG.

– Nous sommes les arborescences qui fleurissent
sur les déserts des jardins cérébraux.

(Robert Desnos)

Illustration: Valota

 

2 Réponses vers “P’OASIS (Robert Desnos)”

  1. elba2 said

    j’aime chez Desnos son côté ludique
    souvent présent chez les surréalistes

    • arbrealettres said

      oui mais le jeu jeu de mots jeu des mots maux de penses qui brillent surprennent nous font penser d’autres choses encore et encore sans fin Graines pour Rver!

      Christian 🙂

      ________________________________

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :