Arbrealettres

Poésie

L’étang limpide (François Cheng)

Posted by arbrealettres sur 24 février 2018


Les libellules sont passées
rides sur l’eau
Le martin-pêcheur a plongé
rides sur l’eau

L’étang limpide n’en a cure

Lorsqu’il revient à ce qu’il est
Les truites se glissent insoucieuses
entre les nuages

(François Cheng)

2 Réponses to “L’étang limpide (François Cheng)”

  1. Jean-Baptiste Besnard said

    Ce texte n’est pas inintéressant mais n’a pas la « saveur » poétique que j’atendais.

    J’aime caresser le galbe de la vague
    la croupe impétueuse du fleuve
    dont les eaux se jettent
    dans la s&r&nité de la mer
    la pâleur de l’étang sous les feux du soleil
    sa surface qui se couvre de reflets
    sur lesquels dans le soir
    dansent les nénuphars.

    1986

    • arbrealettres said

      je pense que tu as une poésie plus « charnelle » c’est ainsi
      chacun sa sensibilité et HEUREUSEMENT!!
      Merci Jean-Baptiste de tes comms ((-:

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :