Arbrealettres

Poésie

VÉNUS (Federico Garcia Lorca)

Posted by arbrealettres sur 4 mars 2018



Illustration: Julien Bourdon
    
VÉNUS
Ainsi t’ai-je vue.

La jeune morte
sur la nacre de sa couche
nudité de brise en fleur
surgissait au jour éternel.

Le monde qui restait,
iris d’ombre et coton,
regardait à la croisée
l’écoulement sans fin des choses.

La jeune morte
creusait l’amour en son tréfonds.
Entre l’écume de ses draps
se perdait sa chevelure.

(Federico Garcia Lorca)

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :