Arbrealettres

Poésie

Le dormeur (Luce Guilbaud)

Posted by arbrealettres sur 8 mars 2018


 

Le dormeur ne sait plus ni le ciel ni le givre
Une main de glace, une main de laine
Une main pour cueillir la lumière
Pour peindre les bleus éblouis du soleil des neiges
L’autre main pour caresser ton front
Pour donner à tes rêves l’absolue certitude
D’un lieu où le bonheur attend.

(Luce Guilbaud)

Illustration

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :