Arbrealettres

Poésie

LE POÈTE SE LÈVE TARD (La Flûte de Jade)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2018



 

estampe 5 [1280x768]

LE POÈTE SE LÈVE TARD

Les oiseaux, qui gazouillent dans les arbres, me réveillent.
Déjà, le soleil réchauffe l’auvent de ma fenêtre.
Je m’étire, puis je referme les yeux.
Ma couverture a une épaisseur convenable.
Mon oreiller est moelleux à souhait.

C’est le moment, entre tous exquis, où je suis incapable de penser.
Je ne sais plus si je suis vieux, si je suis jeune.
J’ignore, même, de quel côté est mon lit.

Il me semble que les sept trous de ma tête n’existent pas,
et que ma femme, tout à l’heure,
me prendra pour une grande chrysalide de papillon qui attend le printemps

(La Flûte de Jade)

Illustration

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :