Arbrealettres

Poésie

PAIR ET IMPAIR (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 9 mars 2018



PAIR ET IMPAIR

Un mot de peu de poids
pour saluer le jour
un mot de vol à voile
Ah!

*

Grands cernes
sur ton visage
il fait encore nuit

*

Invisible collier de regards
à ta gorge enchaînés

*

Tandis que les journaux
s’effeuillent
tu te couvres d’oiseaux

*

Nous sommes comme l’eau dans l’eau
comme l’eau qui garde le secret

*

Un regard t’enlace
un autre te désenlace
La transparence te dissipe

*

Tes deux seins entre mes mains
eau de nouveau répandue

*

D’un balcon
(L’éventail)
à un autre balcon
(s’ouvre)
saute le soleil
(et se ferme)

(Octavio Paz)

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :