Arbrealettres

Poésie

Archive for 14 mars 2018

Nous sommes seuls (Hélène Dorion)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2018




Illustration: ArbreaPhotos
    

Nous sommes seuls.
Le corps, l’âme. Chaque vie
disperse sa lumière
dans la chambre du temps.

(Hélène Dorion)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le vent sous les portes (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2018




    
Le vent sous les portes

Le vent
sous les portes,
les mots
sont des hôtes.

L’haleine
sur les doigts,
l’horizon
s’allume.

Écorce ou pierre,
toucher
jusqu’à entrer
en sympathie.

(Pierre Dhainaut)

 

Recueil: Sur le vif prodigue
Traduction:
Editions: Des Vanneaux

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La pluie éclairant le gravier (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2018




    
La pluie éclairant le gravier, mais toi, qu’auras-tu fait entendre ?

(Pierre Dhainaut)

 

Recueil: Sur le vif prodigue
Traduction:
Editions: Des Vanneaux

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Ce qui attire au large (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2018



Illustration: Jean-Michel Folon 
    
Ce qui attire au large bat sous les tempes.

(Pierre Dhainaut)

 

Recueil: Sur le vif prodigue
Traduction:
Editions: Des Vanneaux

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Quand « horizon » (Pierre Dhainaut)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2018




    
Quand « horizon » deviendra-t-il le prénom d’un enfant ?

(Pierre Dhainaut)

 

Recueil: Sur le vif prodigue
Traduction:
Editions: Des Vanneaux

Posted in poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Je m’endors les mains sur toi (Ariane Dreyfus)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2018



Illustration
    
Je m’endors les mains sur toi.

Tu m’aimes si profondément qu’en dormant
Il y a ton visage pour le dire.

La nuit n’est pas noire.
Reconnaître ton sexe
À mon bonheur touché,
Fleur de l’infinie sculpture, fleur.

Plus rien de multiple.
La simplicité qui serait violente de te perdre,
qui serait d’un coup.

La vie simple vite tranchée
Serait mon visage dans la sciure.

(Ariane Dreyfus)

 

Recueil: Iris c’est votre bleu
Traduction:
Editions: Le Castor Astral

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tôt me suis cramponné (Daniel Deleuze)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2018




    
Tôt me suis cramponné
au ballon de l’Amour
plein d’air et d’éternité,
qui ne s’élève pas d’un pouce
et éclate donc sur les ronciers fournis.
Douce Emma, je veux l’hélium
de votre souffle
pour un nouveau départ
et m’élever dans la haute nacelle
de votre corps aimant.

(Daniel Deleuze)

 

Recueil: Courtoises frimousses avec fleurs précédé de Troubadour de service
Traduction:
Editions: Tarabuste

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bien lesté (Daniel Deleuze)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2018




    
Bien lesté
en apnée
en vous, Désirée,
je plonge,
puis par paliers
remonte lentement.
Malgré ce
l’ivresse de profondeurs
me gagne.
Et par la queue,
comme un hippocampe,
je m’accroche
aux branches
de votre corail
et rends visite
à votre nacre cachée.

(Daniel Deleuze)

 

Recueil: Courtoises frimousses avec fleurs précédé de Troubadour de service
Traduction:
Editions: Tarabuste

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Bérangère (Daniel Deleuze)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2018




    
Bérangère,
pourquoi avoir d’un coup soufflé
mon château de cartes ?
Cartes du Tendre
par mes soins tendrement empilées
et maintenant par vous battues
pour de nouvelles belotes
où Roi qui vous pelote
ne serai plus jamais.

(Daniel Deleuze)

 

Recueil: Courtoises frimousses avec fleurs précédé de Troubadour de service
Traduction:
Editions: Tarabuste

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Frasques (Daniel Deleuze)

Posted by arbrealettres sur 14 mars 2018




    
Frasques,
séductions,
Commedia dell’Arte,
virevoltes et voltiges,
pied-de-nez,
oui-da-moiseau,
aspersions
suintements,
rires,
craintes d’être
à son tour
atteint :
Si Eros bande l’arc d’Ulysse
nous serons tous d’Amour
transpercés.

(Daniel Deleuze)

Recueil: Courtoises frimousses avec fleurs précédé de Troubadour de service
Traduction:
Editions: Tarabuste

Posted in humour, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :