Arbrealettres

Poésie

Archive for 17 mars 2018

Plus lourde d’être nue (Jacques Dupin)

Posted by arbrealettres sur 17 mars 2018



Illustration: Jules Arsène Garnier
    
Plus lourde d’être nue

ses vocalises meurtrières
son rire au fond de mes os

notre buisson quotidien
les balafres de la lumière

(Jacques Dupin)

 

Recueil: Le corps clairvoyant
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ouverte en peu de mots (Jacques Dupin)

Posted by arbrealettres sur 17 mars 2018



    

Ouverte en peu de mots,
comme par un remous, dans quelque mur,
une embrasure, pas même une fenêtre

pour maintenir à bout de bras
cette contrée de nuit où le chemin se perd,

à bout de forces une parole nue

(Jacques Dupin)

 

Recueil: Le corps clairvoyant
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les treuils, les cordes, les poulies (Jacques Dupin)

Posted by arbrealettres sur 17 mars 2018



Illustration: Edvard Munch
    
Les treuils, les cordes, les poulies, — les volants et les
leviers — les manettes, les trappes, les glissières — la
poussière et les aboiements — toute la machinerie du
théâtre mental se met en marche, fonctionne à vide,
fonctionne pour le vide, pour le divertissement du
vide…
jusqu’à ce que le fleuve en crue sur lequel est flot
tant ce théâtre, s’engouffre entre les colonnes et les ors,
et apporte un dénouement à une vacance éternelle de
drame. Tout ce qui roule entre mes tempes, de séche
resse et de cailloux, à les faire éclater, comme à travers
un cirque de montagne qui amplifie son grondement, et
roule, et déferle contre vos genoux

(Jacques Dupin)

 

Recueil: Le corps clairvoyant
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

IL PLEUT (Fernand Gregh)

Posted by arbrealettres sur 17 mars 2018



IL PLEUT

Il pleut,
Les vitres tintent.

Le vent de Mai fait dans le parc un bruit d’automne.
Une porte, en battant sans fin, grince une plainte
Mineure et monotone.
Il pleut…

On dirait par moments qu’un million d’épingles
Se heurte aux vitres et les cingle.
Il pleut,
Les vitres tintent.

Le ciel cache un à un ses coins légers de bleu
Sous de rapides nuées grises.
Il pleut :
La vie est triste !

— N’importe !
Souffle le vent, batte la porte,
Tombe la pluie !
N’importe !

J’ai dans mes yeux une clarté qui m’éblouit ;
J’ai dans ma vie un grand espace bleu ;
J’ai dans mon cœur un jardin vert ombré de palmes
Que balancent en plein azur les brises calmes :
Je songe à elle !

Il pleut…

— La vie est belle !

(Fernand Gregh)

Illustration: Mitty Desques

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le mort (Pär Lagerkvist)

Posted by arbrealettres sur 17 mars 2018



Le mort

Tout est là, seul je ne suis plus,
tout est resté, l’odeur de la pluie sur l’herbe
telle qu’il me souvient et le murmure du vent dans les arbres,
la fuite des nuages et l’inquiétude au coeur de l’homme.

Seule n’est plus l’inquiétude de mon coeur.

***

Deir döde

Allting finns, blott jag ej längre finnes,
allt är kvar, den lukt av regn i gräset
som jag minns och vindens sus i träden,
molnens flykt och mänskohjärtats oro.

Blott mitt hjärtas oro forns ej längre.

(Pär Lagerkvist)


Illustration: Odilon Redon

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

SOLITUDE (Rainer Maria Rilke)

Posted by arbrealettres sur 17 mars 2018



 

Bill Viola wi

SOLITUDE

La solitude est pareille à ces pluies
qui, montant de la mer, s’avancent vers les soirs.
Des plaines elle va, lointaines et perdues ,
au ciel qui la contient toujours.
Et c’est du ciel qu’elle retombe sur la ville.

La solitude pleut aux heures indécises :
lorsque vers le matin se tournent les rues neuves,
lorsque les corps épuisés de méprises
s’entre-écartent, tristes et inassouvis,
et que les hommes qui se haïssent
doivent coucher ensemble dans un lit :
la solitude alors s’éloigne au fil des fleuves…

(Rainer Maria Rilke)

Illustration: Bill Viola

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Gratitudes (Max Elskamp)

Posted by arbrealettres sur 17 mars 2018



Gratitudes

Choses qui nous fûtes d’aumône,
Aux jours que nous avons comptés.

En ce pays gris et d’automne
Dans les mois longs comme d’années,

Soleil ici pour commencer,
Qui parfois nous a dit l’été,

Arbres si souvent fraternels
D’abri mouvant les jours de pluie,

Et mer, elle, parfois cruelle,
Mais douce à ses heures aussi,

Justice ici vous soit rendue,
Vous qui nous fûtes de merci,

Choses qui nous avez aimés
Sur la grève, vêtus ou nus,

Quand de rancoeur durs et fermés,
Yeux battants et bouche cousue,

C’était nous silents et muets
Portant nos chagrins, nos regrets,

Et lors, et de tout revenus,
Souvent aigris, parfois mauvais.

Or choses ici de la plage
Avec lesquelles dans le vent

Nous avons vécu en ménage
En ce pays trop de marchands,

Choses qu’on n’achète et ne vend,
Lits tout faits et de sable blanc,

Avec nos bras pour traversin,
Pour bougie, en son temps la lune,

Et pour y boire et dans chacune,
Verres, les creux de nos deux mains ;

Choses aussi mais d’infortune,
Quand, hautes eaux, marée montait

En visites inopportunes
Noire d’embruns déménager

Et porter dans l’ajonc des dunes
Précaire un bien, sien qu’on croyait,

Choses alors, même en la pire,
Choses, ici, qui saviez rire,

Pour amender, pour apaiser,
En nous la colère montée,

Choses alors soyez louées,
Qui riiez pour nous consoler.

(Max Elskamp)

Illustration: Tina Palmer

 

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’île d’Ovide (Nuno Júdice)

Posted by arbrealettres sur 17 mars 2018



 

L’île d’Ovide

Ici, le vent et la pluie
parlent avec la mer. Je les écoute,
sans entendre ce
qu’ils disent. Mais au fond
où les éclairs ne
parviennent pas à éclairer
l’horizon, ta voix converse
avec les ombres, comme au jour
de ton arrivée.

(Nuno Júdice)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | 6 Comments »

C’était peut-être un jour comme les autres (Pär Lagerkvist)

Posted by arbrealettres sur 17 mars 2018




C’était peut-être un jour comme les autres
mais c’est ce jour là que l’herbe scintilla si fort
sous la brève et fine pluie de l’été
que le soir et la nuit semblaient enfuis.
Un jour comme les autres,
où tu aurais dû pourtant remercier le soleil, la terre
et les nuages.

***

Det kanske var en dag som alla andra,
men det var då det lyste så i gräset
efter det korta, lätta sommarregnet
och var så långt ti ll aftonen och natten.
En vanlig dag,
men det var då du skulle tackat solen, marken, molnen.

(Pär Lagerkvist)


Illustration retirée sur demande de l’artiste

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Elire demeure au cœur d’un nuage (Claude Pujade-Renaud)

Posted by arbrealettres sur 17 mars 2018



Elire demeure
au cœur d’un nuage
se blottir là
s’endormir
Plus tard
en pluie fine
se disperser
disparaître

(Claude Pujade-Renaud)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :