Arbrealettres

Poésie

Printemps triste (Joseph von Eichendorff)

Posted by arbrealettres sur 21 mars 2018



 

Illustration: Octavio Ocampo
    
Printemps triste

la tête vide
le temps long
le printemps m’invite
éclatant
mais mon coeur est vide
à mourir

tous les oiseaux chantaient
si tendres
j’en avais un qu’elle avait pris
je ne l’ai plus il est parti
dehors tous les oiseaux chantaient
le mien me manque

***

Trauriger Frühling

Mir ist’s im Kopf so wüste,
Die Zeit wird mir so lang,
Wie auch der Lenz mich grüßte
Mit Glanz undfrischem Kiang,
Das Herz bleibt mir so wüste
Mir ist so sterbensbang.

Viel Vöglein lockend sangen
Im blühenden Revier,
Ich hatt mir eins gefangen,
Jetzt ist es weit von mir,
Viel Vöglein draußen sangen,
Ach, hätt ich meins nur hier !

(Joseph von Eichendorff)

 

Recueil: Poèmes de l’étrange départ
Traduction: Philippe Marty
Editions: Grèges

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :