Arbrealettres

Poésie

Peut-être que ce qui fut (Claude Esteban)

Posted by arbrealettres sur 5 avril 2018



Illustration: Gao Xingjian
    
Peut-être que ce qui fut, une seule fois,
la vie d’un homme

ne disparaît pas tout à fait, peut-être
que la terre garde en mémoire

la forme, la figure impalpable
de ceux qui s’en vont

qu’elle dérobe seulement leur image
à la corruption de l’air

les blessures ne guérissent pas, les remords
durent encore et les mensonges

mais une couche de silence
les recouvre

tout s’apaise
dans la profondeur.

(Claude Esteban)

 

Recueil: La mort à distance
Traduction:
Editions: Gallimard

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :