Arbrealettres

Poésie

Quelque part, on frappe à une porte (Claude Esteban)

Posted by arbrealettres sur 5 avril 2018




    
Quelque part, on frappe à une porte
et l’on sait déjà

qu’elle ne s’ouvrira
jamais plus, quelque part

un homme se réveille et découvre
que par-delà ses rêves

il ne reste rien, puis
se rendort, quelque part une fleur

monte vers le soleil
mais elle est si petite qu’un insecte

s’en empare et qu’il piétine
sa couleur

quelque part, c’est un autre
qui cherche des mots pour le dire

qui sait déjà que tout
est écrit.

(Claude Esteban)

 

Recueil: La mort à distance
Traduction:
Editions: Gallimard

2 Réponses to “Quelque part, on frappe à une porte (Claude Esteban)”

  1. anne35blog said

    mais non, heureusement qu’il reste beaucoup de chose à écrire…

  2. arbrealettres said

    et donc … à publier 😉

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :