Arbrealettres

Poésie

Guette (Paul Celan)

Posted by arbrealettres sur 13 avril 2018



À ton oeil fut greffé le rameau
qui montra leur chemin aux forêts:
frère des regards, il fait pousser le noir, le bourgeon.

Vaste comme le ciel,
la paupière se tend vers ce printemps.
Vaste comme la paupière,
s’étend le ciel sous lequel, à l’abri du bourgeon,
l’Éternel, le Seigneur, laboure.

Guette le bruit du soc, guette.
Guette : il crisse sur la larme dure, claire, immémoriale.

(Paul Celan)

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :