Arbrealettres

Poésie

Verger (Béatrice Douvre)

Posted by arbrealettres sur 20 avril 2018



 

Illustration
    
Verger

Je revins
Ce verger me brûlait
Sombre feuillage rouge
Où tu perdais tes yeux

Nul regard
A peine un pas tenté
Vers la boue verte et noire
De ce verger brûlant mais aggravé de glace

La terre te peinait
Tu marchais à l’avant des pierres du chemin
Nul chemin ne te menait

Il y a tant de grâce en tes yeux clos
Tant de clarté où vibrent tes bras nus
Je te regarde comme l’étranger venu
Par passion du nuage où tournent des oiseaux

Mais ce verger brûlait jusqu’à tes yeux rompus
Jusqu’à la hâte de tes mains
Aux deux soleils sourds.

(Béatrice Douvre)

 

Recueil: Oeuvre poétique
Traduction:
Editions: Voix d’Encre

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :