Arbrealettres

Poésie

A HELLBRUNN (Georg Trakl)

Posted by arbrealettres sur 23 avril 2018



 

A HELLBRUNN

Suivant de nouveau la plainte bleue du soir
Le long de la colline, de l’étang printanier —
Comme s’il y flottait l’ombre de morts anciens,
L’ombre des princes de l’Église, de nobles dames —
Leurs fleurs s’ouvrent déjà, les graves violettes
Dans la combe du soir, bruit de la source bleue
La vague de cristal. Mystique verdoiement
Des chênes sur les sentiers oubliés des défunts,
L’or des nuages au-dessus de l’étang.

(Georg Trakl)

Illustration: Alphonse Osbert

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :