Arbrealettres

Poésie

Alors l’été (Jean Grosjean)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2018



    

Alors l’été

La clarté de juin se rue
sur le sol et sur les murs.

Un papillon blanc
traverse la rue.
Un nuage infime
se perd dans l’azur.

Un souffle d’air fait frémir
le frêne au-dessus du toit
et l’ombre du frêne aussi
sur la toiture et sur toi.

(Jean Grosjean)

 

Recueil: Les parvis
Traduction:
Editions: Gallimard

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :