Arbrealettres

Poésie

CODA (Guy Goffette)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2018




    
CODA

Que reste-t-il au bout du couloir
où le poète a passé trop vite
comme un homme que la nuit poursuit?
Que reste-t-il? Deux, trois aperçus
à peine, si la sourde beauté
de ses vers continue de brûler
pour personne comme ces visages
qu’on traverse dans la rue sans voir
qu’ils sont ce que nous sommes, le cri
rentré dans la gorge et les yeux las :
les feuilles d’un même arbre, tremblantes

et chacune a sa note et le vent
les conduit.

(Guy Goffette)

 

Recueil: Tombeau du Capricorne
Traduction:
Editions: Gallimard

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :