Arbrealettres

Poésie

Présences (William Butler Yeats)

Posted by arbrealettres sur 29 avril 2018



 

Présences

Cette nuit fut si étrange que c’était
Comme si mes cheveux se dressaient sur ma tête.
Depuis le coucher du soleil j’ai rêvé
Que des femmes en riant, craintives ou féroces,
Dans des froissements de dentelles ou d’étoffes soyeuses,
Montaient l’escalier qui craquait. Elles avaient lu
Tout ce que j’avais mis en vers sur cette chose monstrueuse :
Un amour écouté mais non pas partagé.
Elles se tinrent sur le seuil de ma porte et se tinrent
Entre mon grand pupitre de bois et l’âtre
Jusqu’à ce que je puisse entendre battre leurs coeurs :
L’une est une catin, l’autre une enfant
Qui jamais ne jeta sur un homme un regard de désir,
Et une autre encore, qui sait, une reine.

***

Presences

This night has been so strange that it seemed
As if the hair stood up on my head.
From going-down of the sun I have dreamed
That women laughing, or timid or wild,
In rustle of lace or silken stuff
Climbed up my creaking stair. They had read
All I had rhymed of that monstrous thing
Returned and yet unrequited love.
They stood in the door and stood between
My great wood lectern and the fire
Till I could hear their hearts beating :
One is a harlot, and one a child
That never looked upon man with desire,
And one, it may be, a queen.

(William Butler Yeats)

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :