Arbrealettres

Poésie

Je travaillais en silence (Herman Gorter)

Posted by arbrealettres sur 3 mai 2018



Herman Gorter    
    
Je travaillais en silence,
les livres m’étaient pierres tombales,
je savais bien ce que
chaque tombe renfermait.

Mon corps là dans une chambre,
branches d’arbres devant la fenêtre
allant et venant
feuilles vertes déjà jaunissantes.

Mes yeux regardaient étonnés
la lumière au dehors, mais
sans même savoir sur quoi
ils se posaient.

Mon coeur était si affamé,
si anxieux et si avide,
si sec et il ne pleuvait pas
et chaque jour disparaissait.

En ces jours de clarté —
mon coeur s’activait sans trêve —
je regardais, je travaillais,
tout m’était pierre tombale.

(Herman Gorter)

 

Recueil: Ce que tu es
Traduction: Saskia Deluy et Henri Deluy
Editions: Al Dante

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :