Arbrealettres

Poésie

Archive for 5 mai 2018

Sous le clair de lune (Jorge Luis Borges)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2018



 

Sous le clair de lune
l’ombre qui vient s’étirer
est une seule ombre.

(Jorge Luis Borges)

Illustration: Allston Washington

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Brusquement l’après-midi s’est éclaircie (Jorge Luis Borges)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2018



 


Brusquement l’après-midi s’est éclaircie
parce que tombe déjà la pluie minutieuse.
Elle tombe et elle est tombée. La pluie est une chose
qui sans doute succède au passé.

Qui l’entend tomber a recouvré
le temps où la chance heureuse
lui a révélé une fleur appelée rose
et la curieuse couleur du colorado.

Cette pluie qui aveugle les vitres
réjouira dans des faubourgs perdus
les noirs raisins d’une vigne dans un certain
patio qui n’existe déjà plus. L’après-midi
mouillée m’apporte la voix, la voix désirée,
de mon père qui revient et qui n’est pas mort.

(Jorge Luis Borges)

Illustration retirée sur demande de l’artiste

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’échiquier (Jorge Luis Borges)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2018




Dans leur grave recoin, les joueurs
Gouvernent les pièces lentes.
L’échiquier
Les retient jusqu’à l’aube dans son sévère
Territoire où se haïssent deux couleurs.
A l’intérieur irradient de magiques rigueurs
Les formes : tour homérique, léger
Cavalier, redoutable reine, roi ultime,
Oblique fou et pions querelleurs.

Quand s’en seront allés les joueurs,
Quand le temps les aura consumés,

Assurément le rite n’aura pas cessé.

Dans l’Orient s’alluma cette guerre
Dont le théâtre est aujourd’hui toute la terre.
Comme l’autre ce jeu est infini.

(Jorge Luis Borges)

Illustration: Veronica Kasatkina

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Avec un masque de sang (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2018



Avec un masque de sang
je traverse ta pensée en blanc :
oubli me guide
vers l’envers de la vie.

(Octavio Paz)

Illustration: René Magritte

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Café de la marine (Paul Louis Rossi)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2018



 

Café de la marine

Mon poids de peines
Sur ton chaland belle marinière
Il n’irait pas jusqu’à la mer

Si tu m’aperçois sur la rive
A tanguer comme une barque entre deux vins
Honore mon passage d’un sourire

Ou si tu veux tends tes bras blancs
Quand tu me verras m’en allant
Pâle avec mes lèvres d’eau

Comment fais-tu pour remonter ainsi
Le cours des fleuves
Moi qui vais toujours à la dérive

Et pourquoi faut-il que j’aie moi
Point matelot ni à voile ni à vapeur
Une péniche dans le coeur

Mon poids de peines sur ton chaland
Belle marinière
Il n’irait pas jusqu’à la mer

(Paul Louis Rossi)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Port Saint Père (Paul Louis Rossi)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2018



 

Port Saint Père

Petit village
tu emprisonnes le temps
autour de ton clocher

Ni le vent ni la brise
n’agitent tes moissons
tes avoines ne sont plus folles

Moulins les bras croisés
qui regardez paisibles
dormir les reines marguerites

Petit village si sage
quel drame mûris-tu
derrière tes volets clos

(Paul Louis Rossi)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | 2 Comments »

Je suis où je fus (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2018



Je suis où je fus :
je vais derrière le murmure,
pas au-dedans de moi, entendus avec les yeux,
le murmure est mental, les pas sont moi-même,
j’entends les voix que je pense,
les voix qui me pensent quand je les pense.
Je suis l’ombre que projettent mes mots.

(Octavio Paz)

Illustration: Bernadette Mercier

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

CERTITUDE (Octavio Paz)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2018



 

CERTITUDE

Si réelle est la blanche lumière
de cette lampe, réelle
la main qui écrit, sont-ils réels
les yeux qui regardent ce qui est écrit?

D’un mot à l’autre
ce que je dis s’évanouit.
Je sais que je suis vivant
entre deux parenthèses.

(Octavio Paz)

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Un Être conscient (Katha Upanisad)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2018



Un Être conscient,
pas plus grand que le pouce,
se tient au centre de nous-même.
Il est le maître du passé et du présent…
il est aujourd’hui et il est demain.

(Katha Upanisad)

Illustration

 

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Franchissable est la transparence (Henry Rougier)

Posted by arbrealettres sur 5 mai 2018



Franchissable est la transparence.
Il y eut tant de bleu qu’il en devint orange
Et que le Vu
Laissa la place à ce qui Voit.

(Henry Rougier)

Illustration: ArbreaPhotos

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :