Arbrealettres

Poésie

Archive for 8 mai 2018

Le cri (Evelyne Boix-Moles)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2018



Le cri

j’ai vu passer une à une
les heures de la nuit:
plus légères qu’un rêve,
elles allaient en lunes claires…
Le silence ne cachait pas
qu’il avait au ventre un cri

(Evelyne Boix-Moles)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Éclaircie en hiver (Francis Ponge)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2018


 


 

Éclaircie en hiver

Le bleu renaît du gris, comme la pulpe éjectée d’un raisin noir.
Toute l’atmosphère est comme un œil trop humide,
où raisons et envie de pleuvoir ont momentanément disparu.
Mais l’averse a laissé partout des souvenirs qui servent au beau temps de miroirs.

Il y a quelque chose d’attendrissant dans cette liaison entre deux états d’humeur différente.
Quelque chose de désarmant dans cet épanchement terminé.

Chaque flaque est alors comme une aile de papillon placée sous vitre,
Mais il suffira d’une roue de passage pour en faire jaillir la boue.

(Francis Ponge)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Le ciel est partout! (Alexandre Romanès)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2018



Ma fille Rose,
en regardant par-dessus mon épaule:
Regarde papa, le ciel est partout!

(Alexandre Romanès)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Le paysage (Francis Ponge)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2018



cerveau  [1280x768]

Le paysage

L’horizon, surligné d’accents vaporeux,
semble écrit en petits caractères,
d’une encre plus ou moins pâle selon les jeux de lumière.
De ce qui est plus proche je ne jouis plus que comme d’un tableau,
De ce qui est encore plus proche que comme de sculptures, ou architectures,
Puis de la réalité même des choses jusqu’à mes genoux,
comme d’aliments, avec une sensation de véritable indigestion,
Jusqu’à ce qu’enfin, dans mon corps tout s’engouffre
et s’envole par la tête, comme par une cheminée qui débouche en plein ciel.

(Francis Ponge)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tout le mystère commence avec la chair (Henry Rougier)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2018



Tout le mystère commence avec la chair,
De hautaines saisons te foulent.
Tu les fouleras à ton tour,
jusqu’à cette arche vive
où des yeux clos tamisent le sang du péage.

(Henry Rougier)

Illustration: Andrey Kartashov

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

La beauté (Milan Kundera)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2018



 

Avant de disparaître totalement du monde,
la beauté existera encore quelques instants,
mais par erreur.
La beauté par erreur,
c’est le dernier stade de l’histoire de la beauté

(Milan Kundera)

 

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

La voix royale (Alexandre Romanès)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2018



La voix royale c’est
regarder le ciel
et ne rien dire.

(Alexandre Romanès)


Illustration

Posted in méditations | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Silence de la terre (Arthur Bidegain)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2018



 

silence
de la terre
c’est-à-dire
un doux murmure
dans l’espace

(Arthur Bidegain)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Je crois bien (János Pilinszky)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2018



 

Je crois bien

Je crois bien que je t’aime;
les yeux clos, je pleure par ta vie.
Cependant vois-tu, les dieux,
la poussière et le temps
dressent de si lourdes collines
entre nous,
que parfois, de l’amour
l’angoisse misérable
et le vertige me saisissent.

Alors, au fond de mon lit j’ai peur
comme la nature à minuit,
silencieuse et immobile.

Puis,
je crois de nouveau que nous sommes l’un à l’autre,
que ma main rejoint la tienne.

(János Pilinszky)

Découvert ici: schabrieres

Illustration: Akseli Gallén-Kallela

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Les dessins d’enfants (Alexandre Romanès)

Posted by arbrealettres sur 8 mai 2018



Les gens qui se croient importants
ont à mes yeux moins d’importance
que les dessins d’enfants.

(Alexandre Romanès)

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | 1 Comment »