Arbrealettres

Poésie

CHAMBRE VOISINE (Louise de Vilmorin)

Posted by arbrealettres sur 10 mai 2018



CHAMBRE VOISINE

Écho de la chambre voisine
Mon oreille folle était là,
Tendue à l’écho qui chagrine,
Offerte aux glaives et aux glas.

L’oreille est menteuse et démente
Et le coeur est un mendiant.
L’écho de la chambre tourmente
Ma craintive oreille d’amant.

Coeur, petit chien de mon oreille,
Dévore et mon doute et ma peur
Et poursuis l’écho qui réveille
Tous les échos de ma douleur.

(Louise de Vilmorin)

 

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :