Arbrealettres

Poésie

Ni la couleur des terribles dunes d’Iquique … (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 11 mai 2018



OLYMPUS DIGITAL CAMERA

 

Ni la couleur des terribles dunes d’Iquique,
ni la baie du Fleuve Doux du Guatemala,
n’ont changé ton profil arraché au froment,
ton style de muscat, ta bouche de guitare.
Mon coeur, ma mienne à partir de tout le silence,
depuis les hauts sommets patrie du liseron
jusqu’aux plaines de platine et de solitude,
en toute patrie pure t’a répétée la terre.
Et la main de métal et farouche des monts,
la neige du Tibet, la pierre polonaise,
rien n’a troublé ta forme de grain voyageur,
comme si argile ou blé, guitares ou grappes
tout Chillan défendait en toi son territoire
imposant le pouvoir de la lune sylvestre.

***

Ni el color de las dunas terribles en Iquique,
ni el estuario del Río Dulce de Guatemala,
cambiaron tu perfil conquistado en el trigo,
tu estilo de uva grande, tu boca de guitarra.
Oh corazón, oh mía desde todo el silencio,
desde las cumbres donde reinó la enredadera
hasta las desoladas planicies del platino,
en toda patria pura te repitió la tierra.
Pero ni huraña mano de montes minerales,
ni nieve tibetana, ni piedra de Polonia,
nada alteró tu forma de cereal viajero,
como si greda o trigo, guitarras o racimos
de Chillan defendieran en ti su territorio
imponiendo el mandato de la luna silvestre.

(Pablo Neruda)

Illustration: ArbreaPhotos  

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :