Arbrealettres

Poésie

Les roses que j’aimais (Jean Moréas)

Posted by arbrealettres sur 22 mai 2018



 

Les roses que j’aimais …

Les roses que j’aimais s’effeuillent chaque jour ;
Toute saison n’est pas aux blondes pousses neuves ;
Le zéphyr a soufflé trop longtemps ; c’est le tour
Du cruel aquilon qui condense les fleuves.

Vous faut-il, allégresse, enfler ainsi la voix,
Et ne savez-vous point que c’est grande folie,
Quand vous venez sans cause agacer sous mes doigts
Une corde vouée à la mélancolie ?

(Jean Moréas)

 

 

2 Réponses to “Les roses que j’aimais (Jean Moréas)”

  1. Les roses que j’aimais s’effeuillent chaque jour et les roses que j’aime dans mon jardin aussi. Le zéphyr a soufflé trop fort et trop longtemps et puis il a plu, toutes les jeunes tiges sont jaunes, je ne sais pas s’il y aura des roses cette année.
    Je regrette le temps où elles fleurissaient à profusion.
    Cela se nomme de la mélancolie …
    Je ne sais pas si la mélancolie est si belle que cela ? au fond je préfère les vraies roses de la vie !!!!
    Belle journée Zéphiron

Répondre à Brigitte Gladys Marobin Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :