Arbrealettres

Poésie

Epitaphe (Hishâm ibn Halid al-Zebrun)

Posted by arbrealettres sur 25 mai 2018




Epitaphe

Si je vous ai blessés de mon vivant,
passez votre chemin, amis,
et que la gloire vous garde.

Et vous
qui pleurez mon absence,
quand la larme atteindra vos lèvres,
que ce ne soit
que pour mourir sur un sourire.

Du côté de la mort,
je suis toujours le jardinier
qui fait de l’amitié la rose
la plus prisée.

(Hishâm ibn Halid al-Zebrun)

Illustration: Rafal Oblinski

 

3 Réponses to “Epitaphe (Hishâm ibn Halid al-Zebrun)”

  1. Mireille Gaglio said

    Sourions quand nous pensons à nos amis disparus, pensons aux bonheurs partagés avec eux et non aux mauvaises choses ou aux blessures… c’est du temps perdu. Si une larme coule, que ce soit de bonheur, de gratitude d’avoir pu les connaître, de ce qu’ils nous ont donné, d’avoir pu faire un bout de chemin avec eux.

    IIs revivent dans nos sourires et, tant que nous pensons à eux, à travers nous, ils continuent de vivre. L’oubli c’est la mort totale, quand plus personne ne pense au disparu.

  2. runglaz said

    A reblogué ceci sur runglaz.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :