Arbrealettres

Poésie

Ciel sombre (Franck André Jamme)

Posted by arbrealettres sur 26 mai 2018




    
Ciel sombre, sept oiseaux blancs,
bourgeons diamantés de la foudre.
L’air s’engouffre et s’arrête,
une lampe s’éteint.

« J’aimerais tant que tu sois lent, disait-elle.
Épuise-toi. Je vais huiler mon corps entier :
pour le prendre, il faudra la nuit. »

Et tous les nuages attendaient.

(Franck André Jamme)

 

Recueil: La récitation de l’oubli
Traduction:
Editions: Flammarion

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :