Arbrealettres

Poésie

JE connais une peine (Lionello Fiumi)

Posted by arbrealettres sur 27 mai 2018



 

JE connais une peine
Qui se confie à une solitude.

Quand décembre, hyène sinistre,
A dévoré la multitude
Des frondaisons
Qui tremblaient, moribondes,
Et qu’à l’arbre, auprès du réverbère,
Il ne reste plus sur sa branche dénudée,
Qu’une feuille
Survivant malgré elle;

Verte d’un vert artificiel,
Au souffle de tramontane
De la nuit hivernale
Qui la malmène,
La feuille confie au réverbère
Son inquiétude.

Je ne connais pas de tristesse plus humaine
Que cette peine
Qui se confie à cette solitude.

(Lionello Fiumi)

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :