Arbrealettres

Poésie

Archive for mai 2018

Une lettre de femme (Marceline Desbordes-Valmore)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2018



Samy Charnine long_wait

Une lettre de femme

Les femmes, je le sais, ne doivent pas écrire ;
J’écris pourtant,
Afin que dans mon coeur au loin tu puisses lire
Comme en partant.

Je ne tracerai rien qui ne soit dans toi-même
Beaucoup plus beau :
Mais le mot cent fois dit, venant de ce qu’on aime,
Semble nouveau.

Qu’il te porte au bonheur ! Moi, je reste à l’attendre,
Bien que, là-bas,
Je sens que je m’en vais, pour voir et pour entendre
Errer tes pas.

Ne te détourne point s’il passe une hirondelle
Par le chemin,
Car je crois que c’est moi qui passerai, fidèle,
Toucher ta main.

Tu t’en vas, tout s’en va ! Tout se met en voyage,
Lumière et fleurs,
Le bel été te suit, me laissant à l’orage,
Lourde de pleurs.

Mais si l’on ne vit plus que d’espoir et d’alarmes,
Cessant de voir,
Partageons pour le mieux : moi, je retiens les larmes,
Garde l’espoir.

Non, je ne voudrais pas, tant je te suis unie,
Te voir souffrir :
Souhaiter la douleur à sa moitié bénie,
C’est se haïr.

(Marceline Desbordes-Valmore)

Illustration: Samy Charnine

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | 1 Comment »

Si je n’ai plus l’amour (Paul Fort)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2018



 

Loetitia Pillault_les mots en partaged [1280x768]

Si je n’ai plus l’amour,
j’ai l’amour de l’amour!

(Paul Fort)

Illustration: Loetitia Pillault

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , | Leave a Comment »

Goutte de rosée (Shiki)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2018


 

Une feuille de patate
Une goutte de rosée s’est cassée en deux
Une moitié a chu

(Shiki)

Illustration

Posted in haïku, poésie | Tagué: , , , , , , , | 1 Comment »

Mon regard se perd (Wang Wei)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2018



Au vallon vide peu reviennent…
Les montagnes bleues frissonnent au soleil.
Il me tente, votre perchoir solitaire…
Mon regard se perd à la pointe des nuages blancs.

(Wang Wei)

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

Où est le fol ? Où est le sage ? (Géo Libbrecht)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2018



 

Ora Tamir - Israeli Surrealist painter - Tutt'Art@ (4)

Où est le fol ? Où est le sage ?
Celui qui d’avoir rêvé
compose le paysage,
celui qui sème le blé,
celui qui ferme la cage
d’où l’oiseau s’est envolé ;
l’enfant qui pêche une image,

où est le fol ? Où le sage ?
Eve et le fruit enchanté,
celui qui part en voyage
à bord d’un simple nuage,
celui qui cherche la clé
de tous les yeux verrouillés,
celui qui tourne la page
pour lire l’autre côté,

où est le fol ? Où le sage ?
Celui qui met son visage
sur l’épaule de l’été,
l’écolière du village
avec le coeur buissonnier,
pour le froment qu’on partage,
celui qui a tout donné ;

où est le fol ? Où le sage ?

(Géo Libbrecht)

Illustration: Ora Tamir

 

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tantôt je suis la hache et tantôt je suis l’arbre (Luc Decaunes)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2018



Rockwell Kent 21 [1280x768]

Tantôt je suis la hache et tantôt je suis l’arbre
— ici, bourreau cruel, et là, tremblante victime;
mais toujours me remplit la même sombre haine.
Oh ! Dieu, n’être ni la hache ni l’arbre
— mais la blessure aux lèvres fraîches
et que partage un double amour égal !

(Luc Decaunes)

Illustration: Rockwell Kent

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Ton rire fait songer à cet arbre entrouvert par l’éclair argenté (Pablo Neruda)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2018



Ton rire fait songer à cet arbre entrouvert
par l’éclair argenté, par la foudre qui tombe
du ciel et qui vient se briser sur la cime,
partageant l’arbre en deux par un seul coup d’épée.
Seules les hautes terres au feuillage de neige
sont mères d’un tel rire, ô ma bien-aimante,
c’est le rire de l’air libre sur la montagne,
et coutumes d’araucaria, ma bien-aimée.
Mon Andine, vraie montagnarde de Chillan,
viens déchirer l’obscur des couteaux de ton rire,
la nuit et le matin, et le miel du midi,
que s’élancent au ciel les oiseaux du feuillage :
tu viens, c’est pour briser cet arbre de la vie
avec ton rire et sa lumière dissipatrice.

***

Tu risa pertenece a un árbol entreabierto
por un rayo, por un relámpago plateado
que desde el cielo cae quebrándose en la copa,
partiendo en dos el árbol con una sola espada.
Sólo en las tierras altas del follaje con nieve
nace una risa como la tuya, bienamante,
es la risa del aire desatado en la altura,
costumbres de araucaria, bienamada.
Cordillerana mía, chillaneja evidente,
corta con los cuchillos de tu risa la sombra,
la noche, la mañana, la miel del mediodía,
y que salten al cielo las aves del follaje
cuando como una luz derrochadora
rompe tu risa el árbol de la vida.

(Pablo Neruda)

Illustration: Jeff Scher

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Une mouche (Ko Un)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2018



mouche 2 [800x600]

Une mouche avec une aile perdue
péniblement rampe

un jour encore s’en va

(Ko Un)

Illustration

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | 1 Comment »

C’est une douleur que l’on n’exprime pas (Oscar Venceslas de Lubicz-Milosz)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2018



C’est une douleur que l’on n’exprime pas. L’homme atteint de ce nocturne mal
Souffre, omniscient et muet, avec les pierres des fondements dans la moisissure des ténèbres.
Je sais bien que c’est Lui, Lui dont le nom secret est : le Séparé-de-Lui-même
Qui souffre en nous : et que lorsque sera enfin passée
La nuit sans fleurs et sans miroirs et sans harpes de cette vie, un chant
Vengeur, un chant de toutes les aurores de l’enfance
Se brisera en nous ainsi que le cristal immense du matin
Au cri des ailés, dans la vallée de rosée.
Eh oui, je le sais. Mais cette pauvre image de ta vie dans le solitaire avenir, cela
Je ne peux pas le supporter. C’est une véritable frayeur d’insecte en moi.
Un cri d’insecte au fond de moi
Sous les cendres du cœur.

(Oscar Venceslas de Lubicz-Milosz)

Illustration

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

VIBRATIONS (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 31 mai 2018




VIBRATIONS

La chaleur résonne
Le jour se partage
Les cailloux qui chantent
Dehors la route s’en va
Vers des villages qui l’accueillent
Villages de fontaines et de portes cochères
L’arbre pénètre la rosée
La trame du paysage s’ouvre
Sur le le lit de la chair
Une goutte d’eau abat les fenêtres
Et le ciel s’étend sur la nudité
Immense de l’ombre

(Jean-Baptiste Besnard)

 

 

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :