Arbrealettres

Poésie

Ah ! Dis-moi ton bonjour, au moins de temps en temps (Ibn Zaydûn)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2018



Illustration: Paul Delvaux
    
D’entre tous les mortels, c’est à toi que tend mon bonheur,
c’est toi, jour après jour, qui occupes mes rêves.

Chaque fois qu’un souci vient assaillir mon âme,
ton souvenir suffit à ma joie, à ma vie.

Me passer de toi, qui m’es tout ?
Autant, assoiffé, me passer d’eau claire

[…]

Je vois le soleil perçant sous ton voile
et, dans ton corps qui ploie, une branche de saule.

Ah! Si mon désir pouvait m’emporter jusqu’à toi !
Et comment voler, quand on vous a coupé les ailes ?

Mais peu m’importe d’être avec toi ou loin,
peu m’importe le jour, de rencontre ou d’exil :

Il me suffit que mon rêve te voie,
où que tu sois, matin ou soir.

Je te dois cette âme jamais exempte de tristesse,
ce coeur jamais libéré de l’amour.

Ah ! Dis-moi ton bonjour, au moins de temps en temps,
et quand ce ne serait qu’en un souffle du vent !

(Ibn Zaydûn)

 

Recueil: Pour l’amour de la Princesse (Pour l’amour de Wallâda)
Traduction: André Miquel
Editions: Actes Sud

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :