Arbrealettres

Poésie

Ô toi (Ibn Zaydûn)

Posted by arbrealettres sur 4 juin 2018



Illustration: Théodore Chassériau
    
Ô toi, gazelle qui m’as réduit,
enchaîné, au pouvoir de tant de misères,
Depuis ce jour où tu m’as fui,
je n’ai guère goûté aux douceurs du sommeil.
Mon rêve, mon bonheur ? Un petit signe,
un regard, en passant…

Ô mon bourreau d’amour, je ne veux
pour intercesseur que ton beau visage.
Je vivais libre, sans rien à voir avec l’amour,
et m’en voici désormais l’otage.
Mon secret jadis bien gardé
devient aujourd’hui affaire publique.

Je ne peux me défaire de toi :
traite-moi donc comme il te plaira.

(Ibn Zaydûn)

 

Recueil: Pour l’amour de la Princesse (Pour l’amour de Wallâda)
Traduction: André Miquel
Editions: Actes Sud

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :