Arbrealettres

Poésie

Paroles de Wang Tchou (Jean Joubert)

Posted by arbrealettres sur 8 juin 2018




    
Paroles de Wang Tchou

«La nuit s’avance à pas de louve.
Je reste assis sur le seuil,
face au couchant,
immobile comme une pierre.
L’infini ne m’effraie plus.
L’espace et le temps s’effacent.
Les devins sont morts avec les dieux.
L’éternité n’est plus qu’un rêve
et l’énigme entière demeure.
Les voix criardes se sont tues,
discordantes et péremptoires.
Silence enfin sous les étoiles!
D’une vieille main je caresse
ici et maintenant.
Voyez! Sur ce roseau pensif
une libellule bleue s’est posée,
tendue, ailes vibrantes,
messagère de la beauté,
toute joie,
et, dans l’ombre,
toute lumière.»

(Jean Joubert)

 

Recueil: Longtemps j’ai courtisé la nuit
Traduction:
Editions: Bruno Doucey

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :