Arbrealettres

Poésie

Archive for 15 juin 2018

Quand viendra la mort (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2018




    
Quand viendra la mort,
il n’y faudra plus y penser,
pour qu’elle soit la mort.

Il faudra ne plus penser

(Roger Munier)

 

Recueil: Requiem
Traduction:
Editions: Arfuyen

Posted in méditations | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Dans la mort (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2018




    
Dans la mort je me reposerai en moi,
ne reposerai qu’en moi.

C’est pourquoi il importe, dès que vivant,
d’être à soi-même son repos.

(Roger Munier)

 

Recueil: Requiem
Traduction:
Editions: Arfuyen

Posted in méditations | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

C’est la sortie du monde (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2018



Illustration
    
C’est la sortie du monde qui est arrachement, agonie.
L’entrée dans le néant ne peut qu’être inapparente et douce.

(Roger Munier)

 

Recueil: Requiem
Traduction:
Editions: Arfuyen

Posted in méditations | Tagué: , , , , , , , , | Leave a Comment »

L’eau (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2018




    
L’eau sans forme,
prend toutes les formes,
se contente de toutes.

(Roger Munier)

 

Recueil: Proverbes
Traduction:
Editions: Atelier La Feugraie

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

Ne cherche pas qui tu es (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2018



Illustration: Igor Morski 
    
Ne cherche pas qui tu es.
Précède-toi.

(Roger Munier)

 

Recueil: Proverbes
Traduction:
Editions: Atelier La Feugraie

Posted in méditations | Tagué: , , , | Leave a Comment »

L’éternité (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2018




    
On a vraiment
« l’éternité devant soi ».

(Roger Munier)

 

Recueil: Proverbes
Traduction:
Editions: Atelier La Feugraie

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , | Leave a Comment »

Il y a quelqu’un d’autre (Roger Munier)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2018



Illustration: René Magritte
    
Il y a quelqu’un d’autre,
un troisième, dans le miroir,
qui regarde celui qui voit.

(Roger Munier)

 

Recueil: Proverbes
Traduction:
Editions: Atelier La Feugraie

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , | Leave a Comment »

Débaptiser le monde (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2018



Illustration: René Magritte
    
Débaptiser le monde,
sacrifier le nom des choses
pour gagner leur présence.
Le monde est un appel nu,
une voix, pas un nom,
une voix porteuse de son propre écho.

Et la parole de l’homme est une part de cette voix,
non pas un signe du doigt
ni une étiquette d’archive
ni un profil de dictionnaire
ni une carte d’identité sonore
ni un drapeau indicatif
de la topographie de l’abîme.

L’оffiсе de la parole,
au-delà de la petite misère,
de la petite tendresse en désignant ceci ou cela,
est un acte d’amour : crier de la présence.

L’office de la parole
est que le monde puisse dire le monde,
que le monde puisse dire l’homme.

La parole : ce corps vers tout.
La parole : ces yeux ouverts.

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Poésie et Réalité
Traduction: Jean-Claude Masson
Editions: Lettres Vives

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je pense qu’en ce moment personne peut-être ne pense à moi (Roberto Juarroz)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2018




    
Je pense qu’en ce moment
personne peut-être ne pense à moi dans l’univers,
que moi seul je me pense,
et si maintenant je mourais,
personne, ni moi, ne me penserait.

Et ici commence l’abîme,
comme lorsque je m’endors.
Je suis mon propre soutien et me l’ôte.
Je contribue à tapisser d’absence toutes choses.

C’est pour cela peut-être
que penser à un homme
revient à le sauver

(Roberto Juarroz)

 

Recueil: Poésie et Réalité
Traduction: Jean-Claude Masson
Editions: Lettres Vives

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Notre rencontre (Pierre Thiry)

Posted by arbrealettres sur 15 juin 2018




    
Notre rencontre fut la plus belle des merveilles.
Mais je n’ose dire à personne qu’on se connaît.
J’y rêve dans le noir, puis j’en fais un sonnet.

(Pierre Thiry)

 

Recueil: Sansonnets un cygne à l’envers
Traduction:
Editions: BOOKS ON DEMAND

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :