Arbrealettres

Poésie

Quand il n’y aura plus de commencement ni de fin (Albert Ayguesparse)

Posted by arbrealettres sur 27 juin 2018



Quand il n’y aura plus de commencement ni de fin
Dans la lumière démesurée d’un paysage chaulé
Par la lune et le lait truqué des projecteurs
L’homme seul sentira le vieux goût de la peur
Et la lie des grands fonds remonter à ses lèvres
Toute l’amertume emplir les trous de sa poitrine
Les passerelles du vent se tendre dans le vide
Et chercher leur chemin dans les débris du ciel

(Albert Ayguesparse)

Illustration: Charles Guilloux

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :