Arbrealettres

Poésie

Asters des champs (Herman Melville)

Posted by arbrealettres sur 28 juin 2018



Comme les étoiles sur les prairies bleues,
Les asters, leurs homonymes, percent,
Fleurs sauvages, chaque automne –
Chacun les voit, peu sont surpris.

On les voit, mais on ne comprend
Ni leur gaieté ni ce qu’ils signifient
Lorsque les yeux si incrusteurs
Nous scrutent, nous, contemplateurs d’étoiles.

(Herman Melville)

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :