Arbrealettres

Poésie

Archive for 11 juillet 2018

Se pourrait-il qu’une nuit (Bruno Mabille)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2018



Illustration: François Martin-Kavel
    
Se pourrait-il qu’une nuit
même en rêve
elle vînt à moi
en simple déshabillé
ou nue avec juste un collier
plutôt qu’en jupe blanche
et chemise ample
qui dérobent à mes yeux
dans la lumière du jour
ce que d’elle je voudrais tant étreindre
et mordre à pleine bouche ?

(Bruno Mabille)

 

Recueil: A celle qui s’avance
Traduction:
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je voudrais (David Herbert Lawrence)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2018



 

Illustration: Gilbert Garcin
    
Je voudrais qu’il fasse partout obscur
sur moi, au-dehors, lourdement obscur
absolument.

***

I wish it would be completely dark everywhere,
inside me, and out, heavily dark
utterly.

(David Herbert Lawrence)

 

Recueil: Poèmes
Traduction: Lorand Gaspar et Sarah Clair
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , | Leave a Comment »

Des dieux (David Herbert Lawrence)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2018



Illustration: Orina Kafe
    
Des dieux, vous demandez des dieux ?
Là où il y a femme il y a cygne.

***

Gods, do you ask for gods ?
Where there is woman there is swan.

(David Herbert Lawrence)

 

Recueil: Poèmes
Traduction: Lorand Gaspar et Sarah Clair
Editions: Gallimard

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , | Leave a Comment »

QUE N’AI-JE CONNU UNE FEMME ? (David Herbert Lawrence)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2018



Illustration: Freydoon Rassouli  
    
QUE N’AI-JE CONNU UNE FEMME ?

Que n’ai-je connu une femme
qui serait comme un feu rouge dans l’âtre
rayonnante après les agitations du jour?

Ainsi l’on pourrait s’approcher d’elle
dans la rouge quiétude du crépuscule
et trouver sa joie en elle
sans avoir à faire l’effort poli de l’aimer
ou l’effort mental de faire sa connaissance.
Sans avoir à prendre froid en lui parlant.

***

I WISH I KNEW A WOMAN –

I wish I knew a woman
who was like a red fire on the hearth
glowing after the day’s restless draughts.

So Mat one could draw near ber
in the red stillness of the dusk
and really take delight in her
witbout having to make Me polite effort of loving her
or the mental effort of making her acquaintance.
Without having to take a chill, talking to her.

(David Herbert Lawrence)

 

Recueil: Poèmes
Traduction: Lorand Gaspar et Sarah Clair
Editions: Gallimard

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

J’appuie sur un bouton (Emmanuelle Le Cam)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2018



Illustration: Salvador Dali
    
J’appuie sur un bouton.

Dans la tête
le poème sort.

« Magique? »

cat c’est soudain presque
parfait d’être au monde!

Oh, (prenez pitié)
ne plus
jamais connaître
rien d’autre
que cette abolition
des distances entre

moi
et moi-même.

(Emmanuelle Le Cam)

 

Recueil: Unique demeure
Traduction:
Editions: Le dé bleu

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Pousser la tête dehors (Emmanuelle Le Cam)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2018




    
Pousser la tête
dehors.

Contre le vent.

C’est grande
bourrasque.

Je vire, chavire.

Vite! Votre main,
si belle illusion…
m’y
raccrocher!

(Emmanuelle Le Cam)

 

Recueil: Unique demeure
Traduction:
Editions: Le dé bleu

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Je bâtis mon silence (Emmanuelle Le Cam)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2018




Illustration: Johann Heinrich Füssli
    
Je bâtis mon silence.
Vide guide mes pas.
Visite mes rêves.
En démolit
l’architecture
raffinée.

Dehors, au-dehors.
Suis à l’extérieur
de ma chair.
En sursis.

(Emmanuelle Le Cam)

 

Recueil: Unique demeure
Traduction:
Editions: Le dé bleu

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Tout en train de disparaître (Emmanuelle Le Cam)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2018




    
Tout
en train de
disparaître.

– Goûts, mémoire,
attachements.

La distance se creuse
de moi au soleil.

Plus aucune avidité
ne passerelle
mes mots.

(Emmanuelle Le Cam)

 

Recueil: Unique demeure
Traduction:
Editions: Le dé bleu

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Il est facile de descendre (Virgile)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2018




    
Il est facile de descendre dans les gouffres des enfers :
La porte du dieu sombre reste ouverte, nuit et jour;
Mais s’échapper du sombre abîme
et remonter vers les régions de la lumière,
c’est là le suprême effort pour un mortel.

(Virgile)

 

Recueil: Énéide
Traduction:
Editions:

Posted in méditations, poésie | Tagué: , , , , , , , , , , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

Dans la précision de gestes (Emmanuelle Le Cam)

Posted by arbrealettres sur 11 juillet 2018



Illustration: Jeffrey T. Larson
    
Dans la précision
de gestes au quotidien,
retrouver l’esprit
sans demeure –

Le croiser,
s’arrêter un temps,
puis oublier
jusqu’à son nom.

(Emmanuelle Le Cam)

 

Recueil: Unique demeure
Traduction:
Editions: Le dé bleu

Posted in poésie | Tagué: , , , , , , , , , , | Leave a Comment »

 
%d blogueurs aiment cette page :