Arbrealettres

Poésie

HALEINES (Françoise Coulmin)

Posted by arbrealettres sur 13 juillet 2018



 

HALEINES

Richesse lourde et nourricière.
dans ces palais d’oubli,
en grande solitude

Un vent d’errance
comme celui des grands espaces
inhabités

Des souffles
comme en des lieux sans voix
de rocs de sable et de silence

Reflet du vide de l’esprit,
avidement béant,
et sourd
aux monstruosités des hommes

(Françoise Coulmin)

 

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :