Arbrealettres

Poésie

La ferme (Jean-Baptiste Besnard)

Posted by arbrealettres sur 15 juillet 2018



La ferme

Le tas de fumier fume dans la cour
Et le purin coule sur les pierres
Jusque sur la route
Les canards s’ébattent dans la mare
Pensive la vache rumine dans l’étable
Le porc me salue d’un grognement
Pendant que le coq parade
Comme un pacha au milieu de son harem

La fille de la fermière passe
Portant des œufs frais dans son tablier
Elle me sourit avec un air coquin.

(Jean-Baptiste Besnard)


Illustration: Alfred Roll

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :