Arbrealettres

Poésie

LES PIEDS NUS (Pierre Louÿs)

Posted by arbrealettres sur 18 juillet 2018




    
LES PIEDS NUS

J’ai les cheveux noirs, le long de mon dos, et une petite calotte ronde.
Ma chemise est de laine blanche.
Mes jambes fermes brunissent au soleil.

Si j’habitais la ville, j’aurais des bijoux d’or,
et des chemises dorées et des souliers d’argent…
Je regarde mes pieds nus, dans leurs souliers de poussière.

Psophis Ah! viens ici, petite pauvre !
Porte-moi jusqu’aux sources, lave mes pieds dans tes mains
et presse des olives avec des violettes pour les parfumer sur les fleurs.

Tu seras aujourd’hui mon esclave ; tu me suivras et tu me serviras,
et à la fin de la journée je te donnerai, pour ta mère,
des lentilles du jardin de la mienne.

(Pierre Louÿs)

 

Recueil: Les chansons de Bilitis
Traduction:
Editions: Gallimard

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :