Arbrealettres

Poésie

Etant ce qu’il devient (Michel Camus)

Posted by arbrealettres sur 28 juillet 2018



Etant ce qu’il devient,
ne devenant jamais ce qu’il est:
infiniment enraciné dans le non-être,
l’homme n’est divinement homme
qu’en se niant lui-même.
Nuit et néant de soi
d’où renaît le regard à sa racine de lumière
Eternel voyageur en son propre néant

(Michel Camus)

Illustration

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :