Arbrealettres

Poésie

FABLES (Axel Toursky)

Posted by arbrealettres sur 30 juillet 2018



 

Miles Williams Mathis the-sleeping-tree

FABLES
(Extraits)

Peu de mots disent une femme
jusqu’au jour
où la nommer est impossible.

Tu es morte.
Un trou dans la coque,
un boulon qui saute :

ni vu ni connu.
La mémoire est calme.

*

L’amour au coin de la forêt
fit la terre si lourde
que la fille s’agenouilla.

Un passant dit :  » Voyez,
c’est une bague,
ou de l’argent qu’elle a perdu…  »

C’était le goût de vivre
après un grand bonheur.

*

Ici, ton prénom
c’est de la colère,
une fille nue
en quatre-vingt-neuf.

Mais ni toi ni moi
ne croyons aux rêves
que peut faire un soir
l’ouvrier lassé

de forger sa peine
jusqu’à lui donner
la forme d’un glaive
ou d’une chanson.

(Axel Toursky)

Illustration: Miles Williams Mathis

 

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :