Arbrealettres

Poésie

Les mots ne sont que des fenêtres ouvertes (Bernard Jourdan)

Posted by arbrealettres sur 1 août 2018



Entre le zig et le zag
la place d’un soupir

Entre le clic et le clac
la place d’un désir

Entre le tic et le tac
la place d’un sourire

Les mots ne sont que portes
qui s’ouvrent dès qu’on pousse.

Entre le cric et le crac
le temps d’une présence

Entre le flic et le flac
le temps d’une espérance

Les mots ne sont que des fenêtres ouvertes,
rideaux tirés, bouquets et plantes vertes.

(Bernard Jourdan)


Illustration

9 Réponses to “Les mots ne sont que des fenêtres ouvertes (Bernard Jourdan)”

  1. Mince alors !
    j’ai commancé un poème avec zic et zac mais, celui là de poème, je ne le connaissiais pas…

  2. jJean-Baptiste Besnard said

    Tentation de regarder par les fenêtres ouvertes.

    Emporté par le vent
    Je passerai devant
    Des fenêtres ouvertes
    Sur des pièces désertes.

    1950

  3. universmultiples said

    Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte, ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n’est pas d’objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant qu’une fenêtre éclairée d’une chandelle…
    (Baudelaire, les fenêtres)

  4. Lara said

    Portes et fenêtres certes les mots
    mais aussi prisons
    les mots

  5. A reblogué ceci sur Maître Renard.

Qu'est-ce que ça vous inspire ?

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

 
%d blogueurs aiment cette page :